Avec ses 1176 mètres d'altitude au village, Mauborget est la localité la plus haut perchée de toute la chaîne jurassienne.

 

Quelques kilomètres séparent notre village de Grandson et Sainte-Croix.

 

Mauborget est un modeste village vaudois typique, agricole surtout, et touristique un peu. 

 

Chez nous, les agri­culteurs désirent maintenir l'aire agricole en l'état, la terre représentant leur instru­ment de travail principal. 

Situation

Situé sur les hauteurs, à l'est de Sainte-­Croix et Bullet dont il se rapproche, notre village est pourtant historiquement ratta­ché à Grandson.

En effet, le premier acte mentionnant Mau­borget date de 1403 et précise que «Reconnaissance prêtée au Comte Amé­dée de Savoie par Marguerite de Mont­béliard sur les mains du commissaire J. Ballay». Les procures de Dame Marguerite recon­naissaient en son nom tenir en augmenta­tion des fiefs ci-après (à savoir Echallens et Montagny-le-Corboz) déclarés. Le château, la ville et le mandement de Grandson, avec tous ses droits, fiefs nobles et non nobles dans les villages de Mathod, villar (Burquin)Pinay et MALBOR­GET...

C'est en souvenir de ce premier acte que nous avons dignement fêté les 600 ans de notre joli village le 18 octobre 2003 avec beaucoup de plaisir et de bonheur. A cette occasion un tilleul souvenir a été planté. L’on sait aussi que notre région était pro­bernoise, ici régnait le calme et la liberté, l'indépendance, le bailli bernois ne montait pas bien souvent, il devait certainement se sentir mieux au bord du lac à Grandson, dans son château, que chez ses sujets du haut, dociles mais peu commodes, quéru­lents et toujours en procès les uns avec les autres, le sobriquet en atteste, c’est au moins la réputation qu’on leur prête.

De Malborget en 1403, notre village a évolué par Malborjet puis Montborget pour devenir finalement Mauborget (Mauvais Petit Bourg).

Il est intéressant de relever que Mauborget fait toujours partie du Cercle de Grandson. Ces dernières années plusieurs rapprochements ont eu lieu avec Sainte-Croix, mentionnons la Paroisse, le Groupement scolaire, l’administration par notre voisine de nos assurances sociales, le traitement des déchets carnés.

Une tentative de fusionner notre SDIS de huit personnes avec le corps de Bullet a avorté en 2003, au profit deux ans plus tard d’une convention de coordination avec les communes du Bas-de-la-Côte (DPS de Villars-Burquin). Historiquement, nous devrions donc nous rapprocher de Villars-Burquin.

 

Un peu d'histoire

Evolution

L’évolution démographique s’est faite en dent de scie. Il y eut 124 habitants au cours du XIXe siècle et 47 après la Deuxième guerre mondiale. Actuellement, nous avoisinons régulièrement la centaine avec une remarquable augmentation des enfants en âge de scolarité. Un immeuble s’est construit en 2002, et un autre en 2005. Quelques terrains à bâtir ne trouvent actuellement pas preneur, de sorte qu’il y a peu de chances que le village se développe sensiblement dans les proches années à venir.

Il faut dire que nous n’avons pas grand-chose à offrir, sinon la vue, le bon air, le calme et la beauté des paysages. Pas de transports publics suffisants aux non-motorisés, pas de magasin, laiterie et poste, pas d’animation sauf deux cafés-restaurants avec possibilité de louer des chambres. Sans être retiré ou isolé, notre village n’est pourtant pas en extension, ce qui convient à la plupart des habitants, permanents ou occasionnels.

Nous avons encore 5 agriculteurs dont un ne produit plus de lait, ceux-ci louent des terrains communaux et deux alpages communaux sis sur les Communes de Fontaines et Grandevent ; certains agrandissent leurs domaines vers le sud.

L’eau, besoin vital, a certainement stabilisé, puis permis le développement de la population de Mauborget lorsqu’elle a été amenée d’Onnens en 1961, autrefois, il fallait la récupérer des toits, la canaliser dans  les citernes, puis la pomper pour les gens et le bétail. Nous n’avons pas de sources. De 1996 à 2002, le village s’est offert l’épuration en système séparatif vers la STEP de Champagne, travail important et coûteux, nécessité par le fait que Mauborget se trouve être en zone de source SIII, zone de source éloignée alimentant le village de Fontaines. De nos hauteurs, les eaux claires devraient en principe descendre sans peine, ce n’est toutefois pas le cas puisque nous les conduisons coûteusement sous tuyaux jusqu’à l’entrée de Champagne.

© 2015 par strategies.ch

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now